Quitter le salariat pour entreprendre ? Quelle drôle d’idée !

Quitter le salariat pour entreprendre ? Quelle drôle d’idée !

Article invité : Hannah – Goodbye Salariat

 

Quitter le salariat pour entreprendre ? Quelle drôle d’idée !

On nous le serine depuis l’enfance : passe ton bac et trouve un CDI ! Pourtant, de plus en plus de personnes ne s’épanouissent plus dans ce mode de vie, néanmoins confortable. Salaire mensuel fixe, primes éventuelles, congés payés… Tout ça c’est très bien mais ce n’est pas ce que tu souhaites, et l’entrepreneuriat te fait de l’oeil. Voyons ensemble si c’est une bonne idée, et surtout, comment t’y prendre.

 

L’entrepreneuriat : l’Eldorado du salarié fatigué ?

Petite mise au point : on ne devient pas entrepreneur juste parce qu’on a la flemme de se lever le lundi matin, que son boss est un grincheux, ou que le café de la boîte n’est pas bon. Tes motivations doivent être beaucoup, beaucoup plus profondes que cela. Car non, l’entrepreneuriat n’est pas une promenade de santé ! Au contraire même. Ce statut n’est clairement pas fait pour tout le monde. (Mais d’ailleurs, être salarié non plus.)

Si ton job est un fardeau que tu portes au quotidien, si ton travail te ronge le moral, alors peut-être (et je dis bien peut-être) que l’entrepreneuriat est fait pour toi. Si tu as soif d’apprendre, de liberté, d’expériences, mais surtout de responsabilités, alors, peut-être, oui, que tu es faite pour entreprendre. Enfin, si tu es animée par l’envie de concrétiser tes propres projets, alors… je comprends que tu songes à monter ton business.

 

Comment savoir si l’on est fait pour entreprendre ?

 Ma réponse va sans doute te décevoir, mais… je crois qu’on ne peut pas vraiment savoir, tant qu’on n’a pas essayé. Comme un nouveau plat : il faut goûter avant de savoir si on aime ou pas. Le fameux “on ne dit pas j’aime pas tant qu’on a pas goûté”. Évidemment, on ne plaque pas son CDI comme ça, du jour au lendemain, juste pour tester l’entrepreneuriat.

On monte d’abord généralement son “side-project”, petit à petit. On teste, on apprend, on voit si ça fonctionne. Ou pas. Si le succès n’est pas au rendez-vous, on ajuste, on recommence. Au besoin, on efface, puis on repart de zéro. C’est un peu cela, l’entrepreneuriat : tester / échouer / apprendre / recommencer. Jusqu’au jour où notre projet roule plutôt bien, et là on lâche la rampe. On devient son propre boss, et nous, on n’est pas grincheux.

 

Dans quoi se lancer pour monter son business ?

Les possibilités pour entreprendre sont multiples… Voire infinies ! En vrac, nous avons : créer un nouveau produit / concept, ouvrir une boutique (physique ou virtuelle), le blogging, le freelancing, le coaching, les services à la personne, les professions libérales, le MLM, l’infopreneuriat, etc etc. J’en oublie d’ailleurs certainement beaucoup !

De mon côté j’ai choisi le freelancing, plus précisément en rédaction web. Pour celles qui ne connaissent pas, c’est la personne qui rédige tout type de contenu web (articles de blog, newsletters, fiches produits, pages à propos…). Comme tout débutant, j’ai eu beaucoup de mal à trouver ma place et mes premiers clients. C’est pour cela que par la suite, j’ai créé GoodBye Salariat, dans le but d’aider les jeunes freelances qui ont décidé de sauter le pas vers l’entrepreneuriat.

 

Mes astuces pour entreprendre sereinement

Ne pas quitter son job sur un coup de tête, et bien prendre le temps de réfléchir, de peser le pour et le contre. Quand cela est possible, monter sa structure en parallèle, et au fur et à mesure, envisager de quitter définitivement son poste (ou pas). Le tout en sécurisant au maximum la transition.

 

Enfin, les deux aspects les plus importants selon moi pour réussir : l’apprentissage et l’accompagnement. Apprendre en permanence, afin d’acquérir toutes les compétences nécessaires pour diriger sa petite entreprise. Il y en a beaucoup : community management, communication, marketing, comptabilité, prospection… Autant de domaines dans lesquels tu devras te former pour mener à bien ton projet.


Et puis aussi, se faire accompagner. Par un coach, un banquier, un conseiller d’orientation, un comptable ou même quelqu’un qui comme toi, monte son business. Le fait de ne pas être seule te fera avancer beaucoup plus vite, et beaucoup plus efficacement. Cela te permettra d’avoir quelqu’un sur qui t’appuyer, et qui t’aidera à positionner tes actions pile où il le faut, au bon moment.

 

Hannah

Partager cet article sur :

Hannah - Goodbye Salariat

Maniaque des mots et du webentrepreneuriat.
J’aide les freelances du digital débutants
à faire décoller leur business.

2 Commentaires
  • Cyrine du blog cyrinedigital
    Posted at 07:31h, 24 mai Répondre

    Hello Hannah et Imene !

    Excellent article, agréable à lire, très honnête sur la question, rédigé en toute sincérité et surtout lucidité !

    Merci pour ces conseils très utiles !

    Cyrine

    • Imene
      Posted at 12:47h, 01 juin Répondre

      Merci Cyrine ! 💗🖤

Poster un commentaire

error: Contenu protégé !!